Le Magazine du Cinéma et de la Vidéo

lundi 17 septembre 2018

Le film de la semaine

l'amourMercredi 19 Septembre 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France, le nouveau film de Cédric Anger "L'amour est une fête" avec Guillaume Canet, Gilles Lellouche, Camille Razat, Michel Fau.

Paris, 1982. Patrons d’un peep show, Le Mirodrome, criblés de dettes, Franck et Serge ont l’idée de produire des petits films pornographiques avec leurs danseuses pour relancer leur établissement. Le succès est au rendez-vous et ne tarde pas à attirer l’attention de leurs concurrents. Un soir, des hommes cagoulés détruisent le Mirodrome. Ruinés, Franck et Serge sont contraints de faire affaire avec leurs rivaux. Mais ce que ces derniers ignorent, c’est que nos deux « entrepreneurs » sont des enquêteurs chargés de procéder à un coup de filet dans le business du « X » parisien. C’est le début d’une aventure dans le cinéma pornographique du début des années quatre-vingt qui va les entraîner loin. Très loin...

Cédric Anger a toujours voulu faire un film sur le porno français des années soixante-dix/quatre-vingt, celui tourné en pellicule, ainsi que sur celles et ceux qui faisaient ces films. Selon le metteur en scène, il y avait une insouciance qui n’a rien à voir avec le porno d’aujourd’hui et avec le porno américain de la même époque, beaucoup plus industrialisé et professionnel. Il explique : "Le cinéma pornographique français de ces années-là est inséparable de la libération des moeurs post-68. Il est fabriqué avant tout par des gens qui s’amusent, pour qui ces tournages sont des moments de vacances et de plaisir. Il faut bien comprendre qu’ils ne tournaient pas ces films par nécessité financière, mais parce qu’ils en avaient envie. D’ailleurs la plupart des actrices, acteurs et réalisateurs de cette époque sont plutôt des petits-bourgeois branchés, qui aiment faire la fête et ne se soucient pas trop du lendemain. Brigitte Lahaie par exemple était fille de banquier, elle a tourné par plaisir, pour s’affirmer et puis pour provoquer sa famille. La plupart de ces actrices vivaient leur métier de façon naturelle. Si certaines étaient payées au « black », la majorité avait droit aux congés spectacles et aux Assedic, comme les autres actrices. Les acteurs, pareil."

Avec "L'Amour est une fête", Cédric Anger a fait le choix de ne pas jouer longtemps le film d’infiltrés dans le milieu du porno. L'enquête est ainsi presque un prétexte et le spectateur ne voit pas seulement une histoire avec une action qui monte et qui se développe, mais au contraire une sorte de balade où l'on passe d’un genre à un autre sans avertir.

"L'Amour est une fête" fait référence aux films tournés par ces réalisateurs de l'époque qui disaient qu'ils ne faisaient pas des films pornos, encore moins des films X, en raison de la censure. Ils parlaient au contraire de « films d’amour », une expression usuelle de l'époque. Cédric Anger précise : "Et tourner ces films d’amour était vraiment une fête, au contraire du porno d’aujourd’hui."

Vous pourrez retrouver l'interview de Cédric Anger et Camille Razat dans l'émission MCV sur TSF98 du Mercredi 26 Septembre 2018 dès 20H.

En attendant, voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 10 septembre 2018

Le Film de la semaine

premiere anneeMercredi 12 Septembre 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film du réalisateur Thomas Litti "Première année" avec Vincent Lacoste, William Lebghil, Michel Lerousseau.

Antoine entame sa première année de médecine pour la troisième fois. Benjamin arrive directement du lycée, mais il réalise rapidement que cette année ne sera pas une promenade de santé. Dans un environnement compétitif violent, avec des journées de cours ardues et des nuits dédiées aux révisions plutôt qu'à la fête, les deux étudiants devront s’acharner et trouver un juste équilibre entre les épreuves d’aujourd’hui et les espérances de demain.

Thomas Lilti voulait depuis longtemps faire un film sur l’université et l’énergie des étudiants au travail. Le metteur en scène avait en tête une vision très cinématographique de ce que pourrait donner un long métrage centré sur ce thème. Il se rappelle : "Ça devait s’appeler « Panthéon-Sorbonne ». On était loin de la médecine. Mais l’idée de "Première année" a pris vraiment forme lors de la tournée des avant-premières de "Médecin de campagne". Forcément, durant les débats avec le public, on n’arrêtait pas de me demander mon avis sur les raisons du manque de médecins dans les campagnes. Donc au fil de la tournée, j’en viens à la conclusion suivante : peut-être que le problème, ce ne sont pas les jeunes médecins, mais le système qui les forme. Là, tout d’un coup, j’ai l’impression que quelque chose se débloque. Parce que les études de médecine, je connais. Je sais ce qui marche, ce qui ne marche pas. Et j’ai l’intuition que ce que j’ai vécu, moi, en tant qu’étudiant, peut être le symptôme d’un problème plus vaste."

Quatre ans après "Hippocrate", Vincent Lacoste et le réalisateur Thomas Lilti (qui avait aussi réalisé "Médecin De Campagne") refont équipe pour un film en lien avec l'univers de la médecine. Après avoir plongé (avec succès puisque le film avait totalisé 954 723 entrées en salle et a valu au comédien une nomination au César du meilleur acteur en 2015) les spectateurs dans la vie d'un jeune interne en médecine, le réalisateur lève aujourd'hui le voile, avec "Première année", sur la difficulté des études et le parcours semé d'embuches des aspirants médecins.

Vous pourrez écouter une interview de Thomas Litti Mercredi soir dès 20H sur TSF98 dans l'émission de rentrée du Magazine du Cinéma et de la Vidéo.

En attendant, voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 3 septembre 2018

Le Film de la semaine

photo de familleMercredi 05 septembre 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Cécilia Rouaud "Photo de famille" avec Vanessa Paradis, Camille Cottin, Pierre Deladonchamps.

Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient pas. Surtout pas.
La première est « statue » pour touristes, au grand dam de son fils ado. Elsa, elle, est en colère contre la terre entière et désespère de tomber enceinte. Et Mao, game designer de génie chroniquement dépressif, noie sa mélancolie dans l’alcool et la psychanalyse. 
Quant à leurs parents, Pierre et Claudine, séparés de longue date, ils n’ont jamais rien fait pour resserrer les liens de la famille.
Pourtant, au moment de l’enterrement du grand-père, ils vont devoir se réunir, et répondre, ensemble, à la question qui fâche : « Que faire de Mamie ? »

Six ans après "Je me suis fait tout petit", son premier long métrage, Cecilia Rouaud aborde à nouveau le thème de la famille. La réalisatrice explique : "La famille est un sujet qui m’intéresse beaucoup, j’ai eu envie de m’y immerger une nouvelle fois. J’ai le sentiment que nous sommes tous durablement marqués par notre histoire familiale ; elle est plus ou moins simple, plus ou moins compliquée, mais toujours étroitement liée à ce que nous sommes et aux choix que nous faisons. J’ai l’impression qu’on finit tous par y revenir, et qu’on ne s’en sort pratiquement jamais. J’avais envie réaliser un film qui raconterait comment, potentiellement, on pourrait s’en sortir…"

"Photo de famille" démarre et s’achève sur une scène d’enterrement, la première symbolisant l’éclatement de la famille, la seconde sa réconciliation, comme si chacun des membres s’était subtilement déplacé de son petit cercle. "Le film est construit comme ça. A partir d’un élément déclencheur- cette vieille dame qui veut aller mourir dans son village-, chaque personnage va enclencher chez lui et chez les autres un processus qui va leur permettre à tous de se réparer. Mais cela vient de mille endroits et de mille façons", confie Cécilia Rouaud.

Nous vous proposons de découvrir la bande-annonce.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 27 août 2018

Le film de la semaine

guyMercredi 29 Août 2018 sortira sur les écrans du Cinéma LUX (14), sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film d'Alex Lutz ""Guy" avec A lex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot.

Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

L'idée de départ de "Guy" est venue des réflexions sur le temps, sur la filiation, et des propres mises en abyme d'Alex Lutz : ses créations de personnages.

Selon Alex Lutz, le film est très construit. Il fallait arriver à un séquencier qu’aurait pu rédiger quelqu’un souhaitant faire un document sur Guy Jamet. Avec certaines séquences très ouvertes et d’autres contenant déjà des éléments de dialogue.

Alex Lutz a imaginé "Guy" comme une personne existant par elle-même. S’il est référencé, c’est plutôt par son époque : "Il doit y avoir une photo de lui faite par Jean-Marie Périer pour Salut les Copains. Beaucoup d’artistes de cette génération ont traversé les époques et leurs modes musicales : ils ont eu leur période engagée, leur période « funk exotique », leur « look » années 80, etc. Et ceux qu’on a vu s’éloigner de l’oeilleton médiatique, cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas continué à tourner à travers la France. Bien sûr, il est évocateur de grands artistes populaires : il y a chez lui du Herbert Léonard, du Guy Marchand, du Michel Delpech, du Julien Clerc pour certains côtés, et même du Franck Michael, qui a toujours son cortège de fans et « blinde » des salles. Je crois que chaque spectateur fera sa cuisine là-dedans, y retrouvera quelque chose d’un ou des chanteurs qu’il aime, avec le coeur qui bat, qui pour un slow, qui pour l’artiste favori de sa mère… J’ai toujours été touché par ce que Sylvie Joly appelle les « petits choses dérisoires ». Comme ces refrains qu’on entonnera peut-être lors d’un mariage. Derrière ce refrain, il y a une vie, un homme, un compositeur, une équipe, un arrangeur, un pianiste, et aussi un divorce, un cancer, etc.", analyse le réalisateur.

A noter que Alex Lutz sera au Cinéma LUX (14) pour une rencontre avec le public après la projection de son film, le Jeudi 13 Septembre 2018 à 20H30.

Voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 20 août 2018

Le Film de la semaine

blackMercredi 22 Juillet 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film du réalisateur Spike Lee "Blackkklansman" avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace.

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l'histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d'en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le "Grand Wizard" du Klan, David Duke, enchanté par l'engagement de Ron en faveur d'une Amérique blanche. Tandis que l'enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu'une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d'aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Le rôle principal du long métrage est tenu par John David Washington, le fils de Denzel Washington. Ce dernier avait tourné sous la direction de Spike Lee dans "Inside Man : L'Homme de l'intérieur" (2006), "He Got Game" (1998), "Malcolm X" (1992) et "Mo' Better Blues" (1990). A noter que John David Washington était auparavant brièvement apparu dans "Malcolm X".

"BlacKkKlansman" est adapté du livre de Ron Stallworth publié en 2014 et qui raconte l’histoire vraie d’un policier afro-américain (lui-même) qui, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, tente de faire tomber le Ku Klux Klan avec l’un de ses collègues. Né en 1953, Stallworth est actuellement à la retraite.

"BlacKkKlansman" marque le grand retour de Spike Lee à Cannes, où le film concourait pour la Palme d’Or (après ses "Do The Right Thing" et "Jungle Fever" en 1989 et 1991). Pour l'occasion, le réalisateur engagé a remporté le "Grand prix".

Découvrez la Bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 13 août 2018

Le Film de la semaine

le mondeMercredi 15 Août 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Romain Gavras "Le Monde est à toi" avec Karim Leklou, Isabelle Adjani, Vincent Cassel.

François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies. Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d’un gang de femmes pickpockets, s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu !

Romain Gavras a toujours eu envie de faire un film de gangsters. Il a donc cherché un angle pour "jouer" avec le genre. En revanche, il ne souhaitait pas faire un film en respectant certaines constantes propre à cette catégorie générique, comme les malfrats mystérieux avec des regards qui en disent long ou encore la classe et le code de l’honneur. "C’est très loin de la réalité et c’est une mythologie que le cinéma a créée selon moi de toutes pièces", précise le metteur en scène.

En compagnie de ses co-auteurs Karim Boukercha et Noé Debré, Romain Gavras a compilé plusieurs histoires provenant de conversations avec des amis connaissant le sujet du film, dont un avocat et un journaliste spécialiste du milieu. Ils ont par ailleurs aussi passé beaucoup de temps au tribunal et assisté à des comparutions immédiates.

Nous vous proposons de découvrir la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 août 2018

Le Film de la semaine

darkestMercredi 08 Août 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Jennifer Yuh Nelson "Darkest Minds : Rébellion" avec Amandla Stenberg, Harris Dickinson, Miya Cech.

Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleur en fonction du danger qu’ils représentent pour la société, et parqués dans des camps. Ruby, l’une des plus puissantes d’entre eux, parvient à s’en échapper pour rejoindre un groupe de jeunes en fuite à la recherche d’un refuge. Rapidement, cette nouvelle « famille » réalise que fuir ne suffira pas dans un monde où les adultes au pouvoir les ont trahis. Ils vont mener une rébellion, unissant leurs pouvoirs pour reprendre le contrôle de leur avenir.

"Darkest Minds : Rébellion" est le premier film en prises de vues réelles de Jennifer Yuh Nelson. Réputée pour son travail de mise en scène dans le domaine de l’animation, elle avait fait ses débuts de réalisatrice avec "Kung Fu Panda 2" en 2011. Elle signe le troisième volet cinq ans plus tard en collaboration cette fois avec Alessandro Carloni.

"Darkest Minds : Rébellion" est l'adaptation du roman à succès d’Alexandra Bracken, Les Insoumis. Il s'agit en réalité du premier tome d'une trilogie composée également de Les Insoumis – Le chemin de la vérité et Les Insoumis – Dénouement.

Amandla Stenberg, l'héroïne de "Darkest Minds", a fait ses débuts dans "Colombiana" dans lequel elle incarnait Zoe Saldana enfant. Mais c'est dans "Hunger Games" qu'elle se fait remarquer par le grand public en 2012. Elle y interprète Rue, la jeune tribut de 12 ans du district 11 dont le destin funeste marque durablement Katniss (Jennifer Lawrence).

Nous vous proposons de découvrir la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 9 juillet 2018

Le Film de la semaine

paranoiaMercredi 11 Juillet 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Steven Soderbergh "Paranoïa" avec Claire Foy, Joshua Leonard, Amy Irving.

Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Alors même qu’elle tente de convaincre tout le monde qu’elle est en danger, elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination …

C'est au moment où Steven Soderbergh travaillait sur la post-production de la comédie de braquage "Logan Lucky", fin 2016, qu'il s'est rendu compte qu'il souhaitait changer radicalement de registre pour son prochain long métrage et réaliser un film de genre. "J’avais mis en place une structure de distribution, Fingerprint Releasing, toute prête à travailler sur ce genre de projets. Durant lapremière semaine de janvier 2017, j’ai reçu un appel du scénariste James Greer, avec qui j’avais déjà travaillé. Il voulait savoir si j’avais un projet auquel il pourrait participer. Je lui ai dit que je n’avais rien en vue pour le moment, mais que s’il écrivait un thriller à petit budget, je pourrais le tourner durant l’été", se rappelle le metteur en scène.

Côté références, Steven Soderbergh, Jonathan Bernstein et James Greer avaient pour modèles des classiques du cinéma se déroulant dans des instituts psychiatriques comme "Shock Corridor" ou "Vol Au-Dessus d'un nid de coucou". Le cinéaste explique : "J’ai aussi songé à "Répulsion" et à "Rosemary's Baby". Je me suis fait une liste et j’ai revu certains de ces films, classiques ou plus contemporains, et j’ai pris conscience que le nôtre devrait privilégier l’intensité, la gêne et l’inconfort plutôt que l’horreur et la violence."

Pour le rôle principal du film, Steven Soderbergh a songé à Claire Foy, non pas à cause de sa prestation saluée dans "The Crown", mais plutôt à cause de son discours lorsque la comédienne a reçu son Golden Globe de la meilleure actrice dans une série dramatique en 2017. Il développe : "Elle était de toute évidence surprise, elle ne s’y attendait pas du tout et n’a absolument pas cherché à le cacher. Je l’ai trouvée si charmante à cet instant que j’ai eu envie de voir la série, que j’ai beaucoup aimée. Et je me suis dit que si elle était aussi différente dans la vie, alors peut-être qu’elle aurait envie d’être différente à l’écran, avec un rôle comme celui de Sawyer dans un film comme "Paranoïa"."

Ce film est interdit aux moins de 12 ans.

Voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 juillet 2018

Le Film de la semaine

mes freresMercredi 04 Juillet 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France, le Premier film du réalisateur Bertrand Guerry "Mes Frères" avec David Arribe, Thomas Guerry, Sacha Guerry.

Deux frères, Eddy et Rocco, ont connu leur heure de gloire sur la scène « Rock Indé » à la fin des années 90. On les retrouve dix ans plus tard sur une île, défilant en tête de la fanfare locale. Un soir, leur soeur Lola réapparaît dans leur vie. Elle rencontre Simon, le fils de Rocco, qui va bientôt avoir 13 ans. Les souffrances humaines ont brisé les coeurs, meurtri les corps et enfoui la parole, mais la joie va renaître de la fraternité.

"J’ai voulu traiter d’un sujet qui me passionne dans mon quotidien comme au cinéma : la fratrie. Cette relation toute particulière que des frères et soeurs peuvent partager me fascine. L'élaboration de ce scénario est donc basée sur les liens forts, délicats et singuliers des fratries. Ce qu’il en résulte me captive tout autant : les non-dits au sein des familles. Ce fossé béant qui sépare les hommes des femmes en terme de communication n’impacte pas uniquement les couples, c’est vrai aussi dans les fratries".

La musique fait partie intégrante de "Mes Frères" et je suis convaincu de sa force et de son impact sur l'histoire. Quelle que soit sa nature, la musique nous émeut et nous transporte dans le film. "Mes Frères" est un triangle « presque » équilibré entre l'image, la musique et le mouvement. Nous avons dû rechercher l'émotion pure dans ces trois arts qui sont si complémentaires. La musique a le pouvoir émotionnel de retranscrire la beauté d'un paysage, la désillusion d'un être humain ou bien la foi, l'espérance d'une âme en peine. La musique ne doit pas être qu'un accompagnement au film mais faire partie intégrante de la dramaturgie. Je ne la voulais pas ostentatoire mais en parfaite adéquation avec des silences, des paysages et des dialogues. Elle vient soutenir le film.

En 2014, j’ai rencontré Alexandre, 4 ans, atteint de la FOP appelée aussi Maladie de l'Homme de Pierre. J’ai réalisé un film de sensibilisation avec lui autour de la maladie pour récolter des fonds pour la recherche. La FOP est une maladie génétique extrêmement rare et orpheline de traitement qui enferme le malade dans un deuxième squelette. Cette maladie se traduit par une ossification progressive des muscles, tendons ligaments et autres tissus mous. Ces calcifications forment des ponts d’os entre les articulations. A ce jour, il n’y a pas de traitement curatif, des essais cliniques sont en cours. L’association s’investit comme relais francophone de la communauté FOP.

Profitez de la fête du cinéma pour découvrir cet excellent premier film !!!

Voici la Bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 juin 2018

Le Film de la semaine

tullyMercredi 27 Juin 2018 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France, le nouveau film de Jason Reitman "Tully" avec Charlize Theron, Mackenzie Davis, Ron Livingston.

Marlo, la petite quarantaine, vient d'avoir son troisième enfant. Entre son corps malmené par les grossesses qu'elle ne reconnaît plus, les nuits sans sommeil, les repas à préparer, les lessives incessantes et ses deux aînés qui ne lui laissent aucun répit, elle est au bout du rouleau.
Un soir, son frère lui propose de lui offrir, comme cadeau de naissance, une nounou de nuit. D'abord réticente, elle finit par accepter. Du jour au lendemain, sa vie va changer avec l’arrivée de Tully…

Le projet est né en 2015, peu de temps après que la scénariste Diablo Cody ait donné naissance à son troisième enfant. Déjà sollicitée par ses deux aînés, qui lui demandaient beaucoup de temps et d’énergie, elle ne se faisait guère d’illusion sur sa capacité à affronter les nuits sans sommeil qui l’attendaient. Elle a alors engagé une nounou de nuit qui arrivait chez elle à 22 heures et s’occupait du bébé jusqu’au petit matin. Les nounous de nuit connaissent un succès croissant depuis une dizaine d’années, surtout chez les femmes en profession libérale vivant dans de grandes métropoles. C’est cette expérience qui lui a donné l’idée d’un film autour d’une mère, qui souffre d’un baby-blues, et de la jeune nounou de nuit qui l’aide à reprendre sa vie en main.

Après avoir interprété une trentenaire égoïste dans "Young Adult"(2012), Charlize Theron retrouve Jason Reitman et Diablo Cody pour Tully.

Découvrez la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]