Le Magazine du Cinéma et de la Vidéo

lundi 16 octobre 2017

Le Film de la semaine

the squareMercredi 18 Octobre sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France La Palme d'or CANNES 2017, le film de Ruben Ostlund "The Square" avec Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West.

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l’honore guère… Au même moment, l’agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l’accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle.

Le cinéaste suédois Ruben Östlund revient sur ses intentions en lançant le projet "The Square" : "Tout comme "Snow Therapy", "The Square" est un film dramatique et satirique. Je voulais faire un film élégant en me servant de dispositifs visuels et rhétoriques pour bousculer le spectateur et le divertir. Sur le plan thématique, le film aborde plusieurs sujets, comme la responsabilité et la confiance, la richesse et la pauvreté, le pouvoir et l’impuissance, l’importance croissante que l’on accorde à l’individu par opposition à la désaffection vis-à-vis de la communauté et la méfiance à l’égard de l’État en matière de création artistique et de médias."

Ruben Östlund explique les origines du projet "The Square" : "2008 a marqué l’apparition du premier « quartier fermé » en Suède, un lotissement sécurisé auquel seuls les propriétaires en ayant l’autorisation peuvent accéder. Il s’agit là d’un exemple extrême qui montre que les classes privilégiées s’isolent du monde qui les entoure. C’est également un des nombreux signes de l’individualisme grandissant dans nos sociétés européennes, alors que la dette du gouvernement s’alourdit, que les prestations sociales diminuent et que le clivage entre riches et pauvres ne cesse de se creuser depuis une trentaine d’années. Même en Suède, pourtant reconnue comme l’un des pays les plus égalitaires au monde, le chômage croissant et la peur de voir son statut social décliner ont poussé les gens à se méfier les uns des autres et à se détourner de la société. Un sentiment général d’impuissance politique nous a fait perdre confiance en l’État et nous a poussés à nous replier sur nous-mêmes. Mais est-ce l’évolution que nous souhaitons pour nos sociétés ? C’est cette réflexion qui nous a poussés, Kalle Boman et moi, à développer le projet de The Square."

Nous vous proposons de découvrir la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX

Posté par MCV98 à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 9 octobre 2017

Le Film de la semaine

coexisterMercredi 11 Octobre 2017 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Fabrice Eboué "CoExister" avec Fabrice Eboué, Audrey Lamy, Ramzy Bedia.

Sous la pression de sa patronne, un producteur de musique à la dérive décide de monter un groupe constitué d'un rabbin, un curé et un imam afin de leur faire chanter le vivre-ensemble. Mais les religieux qu’il recrute sont loin d’être des saints…

Fabrice Eboué à eu l'idée de "CoExister" en voyant le clip des prêtres chanteurs. L'un d'eux avait abandonné sa vocation de religieux en raison du succès musical rencontré. L'humoriste a donc souhaité élargir cette histoire en y ajoutant un imam et un rabbin."Alors que je recherchais une idée pour mon nouveau projet, je suis tombé par hasard sur YouTube sur un clip des Prêtres Chanteurs qui avait cartonné à l'époque : il s'agissait de trois prêtres qui, en reprenant des classiques de la chanson française, avaient vendu plus d'un million d'albums et connu une tournée triomphale. Ce qui m'avait frappé, c'est que l'un de ces trois prêtres, qui était juste séminariste, avait renoncé à sa vie d'homme d'église à l'issue de la tournée. Je me suis demandé ce qui avait pu se produire en lui au cours de cette tournée pour qu'il réalise qu'il n'y avait pas que Jésus dans la vie ! Je suis donc parti de ce principe, et puis j'ai décidé d'élargir le film aux autres religions."

Fabrice Eboué explique le choix de ses 3 acteurs principaux, Ramzy Bedia, Guillaume De Tonquédec et Jonathan Cohen :"S'agissant du faux imam, le rôle a effectivement été écrit pour Ramzy. J'ai longtemps travaillé en duo avec Thomas Ngijol et j'ai retrouvé chez Ramzy cet instinct de jeu fantastique. Par ailleurs, il a une générosité qui lui est propre et qui est très rare. Quand il arrive en retard sur le plateau, on a d'abord envie de l'engueuler – et il suffit qu'il fasse un sourire pour qu'on soit sous le charme. J'ai ensuite réécrit les rôles en fonction du casting. Au départ, j'avais écrit un personnage de curé plus atypique, mais je me suis dit que c'était plus intéressant de choisir un acteur qui ait davantage une allure de prêtre et qui se pose des questions tout au long du récit. D'où le choix de Guillaume de Tonquédec. Pour le rabbin, Jonathan Cohen m'a non seulement convaincu par son jeu d'acteur – dans le film, il passe d'un total abattement à un état survolté – mais aussi par nos échanges sur son personnage qu'il a su enrichir."

Découvrez la bande-annonce du film et retrouvez la Chronique de ce film dans l'émission MCV de ce Mercredi 11 Octobre dès 20H sur TSF98.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 octobre 2017

Le Film de la semaine

blade runnerMercredi 04 Octobre 2017 sortira sur les écrans du cinéma LUX (14) et dans toute la France le nouveau film de Denis Villeneuve "Blade Runner 2049" avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Jared Leto.

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies...

C'est en mars 2011 que la société Alcon Entertainment, détentrice des droits sur la franchise Blade Runner, a fait part de son souhait de mettre en chantier une suite ou un Prequel, avec ou sans la participation de Ridley Scott.

Harrison Ford a révélé au cours d’une interview pourquoi il a accepté de reprendre son rôle iconique dans "Blade Runner 2049", 35 ans après la sortie du film original. Après Indiana Jones puis Han Solo dans Le Réveil de la Force, Harrison Ford s’est de nouveau tourné vers le passé en retrouvant cette fois-ci le personnage de Rick Deckard dans Blade Runner 2049, la suite trente-cinq après du film culte de Ridley Scott. Et s’il paraît impensable que ce film ait pu voir le jour sans le comédien, ce dernier a néanmoins révélé lors d’une interview les raisons qui l’ont poussé à reprendre le rôle :

"La façon dont le personnage est introduit dans l’histoire m’a intrigué. Il y a un contexte émotionnel très fort. La relation entre le personnage de Deckard que je joue et les autres personnages est fascinante. Je pense qu’il est intéressant de développer un personnage après autant de temps, de le revisiter."

Le réalisateur Denis Villeneuve confie au sujet du premier film : "J’ai toujours été attiré par les films de science-fiction ayant une signature visuelle qui vous entraîne dans un monde parallèle unique, et Blade Runner est ce qu’il y a de mieux en la matière. Ridley Scott a eu l’idée géniale de mêler SF et film noir afin de créer cette exploration unique de la condition humaine. Ce nouveau Blade Runner sera une extension du premier film plusieurs années après."

Découvrez la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 septembre 2017

Le Film de la semaine

chateau de verreMercredi 27 septembre 2017 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Destin Daniel Cretton "Le Château de verre" avec Brie Larson, Woody Harrelson, Naomi Watts.

Jeannette Walls, chroniqueuse mondaine à New-York, a tout pour réussir et personne ne peut imaginer quelle fut son enfance. Elevée par un père charismatique, inventeur loufoque qui promet à ses enfants de leur construire un château de verre mais qui reste hanté par ses propres démons, et une mère artiste fantasque et irresponsable, elle a dû, depuis son plus jeune âge, prendre en charge ses frères et sœurs pour permettre à sa famille dysfonctionnelle de ne pas se perdre totalement. Sillonnant le pays, poursuivis par les créanciers, et refusant de scolariser leurs enfants, les Walls ont tout de même vécu une vie empreinte de poésie et de rêve, qui a laissé des marques indélébiles mais qui a créé des liens impossibles à renier.

Le Château de verre est Inspiré de l'histoire vraie de la chroniqueuse mondaine Jeannette Walls ("Le Château de verre" aux Editions Robert Laffon) et retrace son parcours en revenant sur son enfance hors-norme. Sillonnant le pays, poursuivis par les créanciers, les Walls ont tout de même vécu une vie empreinte de poésie et de rêve, qui a laissé des marques indélébiles et qui a créé des liens impossibles à renier. Le metteur en scène Destin Daniel Cretton précise :
"C'est une histoire tellement intime qu'en la lisant, je m'y suis parfaitement retrouvé. Je n'ai pas vécu une enfance aussi délirante que la sienne, mais je me suis reconnu dans sa découverte de l'amour et de ses différentes facettes et dans sa vision de la famille, à la fois merveilleuse et terrifiante. C'est une histoire dont la réalité est palpable et qui offre un formidable exutoire au lecteur. Quand on la lit, on se sent beaucoup moins seul et isolé."

Trois ans après avoir mis en scène le combat d'une éducatrice d'enfants maltraités dans "State of Grace", le réalisateur Destin Daniel Cretton retrouve Brie Larson pour "Le Château de verre". Par ailleurs, Brie Larson et Woody Harrelson étaient tous les deux à l'affiche de "Rampart", un polar sombre dans lequel le second campait un policier alcoolique aux méthodes expéditives. 

Voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 septembre 2017

Le Film de la semaine

fauteMercredi 20 septembre 2017 sortira sur les écrans Caennais le nouveau film du réalisateur Andrey Zvyagintsev "Faute d'amour"avec Alexey Rozin, Maryana Spivak, Marina Valsilyeva.

Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser... Aucun des deux ne semble avoir d'intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu'à ce qu'il disparaisse.

Andrey Zvyagintsev avait depuis longtemps en tête cette idée d’un couple qui, après une douzaine d’années de vie commune, s’éloigne et finit par tomber dans un abîme. Le metteur en scène a ensuite découvert l’existence du mouvement "Liza Alerte" créé en 2010, composé de volontaires bénévoles qui cherchent les personnes disparues de tous âges, des enfants aux seniors. Il se rappelle : "En 2016, « Liza Alerte » a été sollicitée pour retrouver 6150 personnes, dont 1015 enfants. C’était exactement ce que je cherchais, une interaction entre deux motivations qui nous animaient : l’explosion d’une famille et une histoire qui nous appartienne. Il fallait aller de l’avant, car on piétinait avec notre projet de remake comme avec nos projets à gros budget. Oleg a donc écrit un synopsis de deux pages, que j’ai transmis à Alexandre Rodnianski. Il a tout de suite dit banco et nous avons lancé la machine sur la base de ces deux pages. Le tournage a débuté le 5 septembre 2016."

Andrey Zvyagintsev a choisi de situer l'intrigue de Faute d'amour à Moscou pour une question de statut social : La famille du film ne manque de rien, mais n'est pas riche pour autant. Le réalisateur développe : "Genia gère un institut de beauté, Boris est commercial, ils vivent confortablement. Malgré ce confort, l’enfant fugue ou disparaît, ce qui renforce la dissonance. Au départ, on s’était imaginé tourner les extérieurs à Saint-Pétersbourg, mais Andreï Pankratov, mon chef-décorateur, a très vite trouvé ce ravin (Skhodnenski Kovch) en périphérie de Moscou. Moi, ce que je voulais, c’est que ce soit une grande métropole, peu m’importait que ce soit Moscou ou Saint-Pétersbourg. Mais ce ravin avec la rivière en contrebas, cette forêt et les immeubles qui les entourent, m’ont paru parfaits. D’autant plus que les volontaires de « Liza Alerte » m’ont dit que les enfants étaient attirés par l’eau et souvent s’y noyaient. J’avais donc envie de montrer la sortie de l’école du garçon qui longe cette nature pour rentrer chez lui. Je me disais que cette coexistence des immeubles, de la vie citadine et de la nature jouerait un rôle et que le voir marcher seul avec cette forêt en arrière-plan aurait un impact sur le spectateur."

Voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 11 septembre 2017

Le Film de la semaine

motherMercredi 13 Septembre 2017 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Darren Aronofsky "Mother!" avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris.

Un couple voit sa relation remise en question par l'arrivée d'invités imprévus, perturbant leur tranquillité. 

"Mother!" est le premier film de Darren Aronofsky dont la bande originale n'est pas conçue par le compositeur Clint Mansell, qui s'était fait connaître grâce à la BO du culte Requiem For A Dream.

Jennifer Lawrence et Darren Aronofsky ont commencé à sortir ensemble pendant le tournage du film.

Mother! est le premier film réalisé par Darren Aronofsky qui ne comprend pas Mark Margolis, véritable "gueule" du cinéma américain, dans son casting.

Voici la bande-annonce du film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 septembre 2017

Le Film de la semaine

barbaraMercredi 06 Septembre 2017 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film de Mathieu Amalric "Barbara" avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric, Vincent Peirani.

Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l'envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle.

Barbara a reçu le Prix Jean Vigo 2017. Depuis 1951, les Prix Jean Vigo, créés en hommage au réalisateur décédé en 1934 à l'âge de 29 ans, encourage les auteurs d'avenir et distingue chaque année un réalisateur français de long métrage et un réalisateur de court pour leur indépendance d'esprit et leur originalité de style. Un prix "d'encouragement et de confiance", donc, décerné par le jury (constitué de critiques, d'exploitants et d'anciens lauréats) à Mathieu Amalric pour sa variation autour du biopic avec "Barbara". À noter que le film a déjà été récompensé à Cannes par le Prix de la poésie du cinéma remis par le jury Un Certain Regard.
Voici la bande-annonce du film.
Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 août 2017

Le Film de la semaine

sevenMercredi 30 Août 2017 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le film de Tommy Wirkola "Seven sisters" avec Noomi Rapace, Willem Dafoe, Glenn Close.

2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

Max Botkin a eu l'idée du concept de "Seven Sisters" en 2001 et envisageait à ce moment des frères jumeaux comme personnages principaux. Lorsque le réalisateur Tommy Wirkola a pris en main le projet, il s'est dit que les remplacer par des femmes apporterait une dynamique plus intéressante au film.

"Seven Sisters" a été tourné en Roumanie en 94 jours. Avant de commencer le tournage, Tommy Wirkola a dit aux producteurs qu'il lui faudrait beaucoup de temps, compte tenu du dispositif spécifique inhérent au film. Le réalisateur confie :"Il y avait les changements de maquillage, mais aussi l'aspect purement technique, il fallait s'assurer que tout fonctionne, et travailler avec un dispositif de contrôle de mouvement requiert beaucoup de minutie et est particulièrement chronophage. On a mis au point un système de tournage inédit parce qu'on a allié plusieurs méthodes : par exemple, on a greffé un visage sur un autre, on a eu recours au 'split-screen', on a utilisé des caméras fixes et des doublures, et comme Noomi a des traits caractéristiques, on a moulé des masques à partir de son visage pour les scènes où les soeurs sont en arrière-plan, affairées sur leur ordinateur, à faire la cuisine ou du sport."

A noter que ce film est interdit aux moins de 12 ans.

Découvrez la bande-annonce de ce film.

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 21 août 2017

Le Film de la semaine

120 battementsMercredi 23 Août 2017 sortira sur les écrans du cinéma LUX (14) et dans toute la France le nouveau film très engagé de Robin Campillo "120 Battements par minute" avec Nahuel Perez Biscayart, Adèle Haenel, Arnaud Valois.

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale.
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Même si Robin Campillo s'est inspiré de son expérience au sein de l'association Act Up, le réalisateur affirme que le film n'est pas autobiographique : "J’ai essayé de reconstituer pas mal de débats et d’actions qui avaient eu lieu alors, je les ai agencés librement par rapport à la vérité historique. On peut reconnaître ici ou là différents traits de caractère de personnalités qui ont marqué l’histoire du groupe".

Act Up est une association militante luttant contre le Sida ayant vu le jour à la fin des années 80 aux USA. Ce modèle a été suivi en France avec la création d'Act Up Paris en 1989. Le réalisateur Robin Campillo a rejoint cette association en 1992, 10 ans après le début de l'épidémie :"En tant que gay, j’avais vécu les années 80 assez difficilement dans la peur de la maladie. Au début des années 90, je tombe sur une interview télévisée de Didier Lestrade, l'un des fondateurs del'association. Il y parle de « communauté sida » composée, selon lui, des malades, de leurs proches et du personnel médical qui affrontent cette épidémie dans une forme d’indifférence de la société. Ce discours rompait un silence qui avait duré presque dix ans. C’est à ce moment-là que je décide de rentrer à Act Up", confie le cinéaste.

Le Film a reçu le "Grand Prix" du Festival de Cannes 2017.

Voici la bande-annonce de ce film.

Emmanuel GOUIX.

 

Posté par MCV98 à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 14 août 2017

Le Film de la semaine

une femme douceMercredi 16 Août 2017 sortira sur les écrans Caennais et dans toute la France le nouveau film du réalisateur Sergei Loznitsa "Une Femme douce" avec Vasilina Makovtseva, Marina Kleshcheva.

Une femme reçoit le colis qu’elle a envoyé quelques temps plus tôt à son mari incarcéré pour un crime qu’il n’a pas commis. Inquiète et profondément désemparée elle décide de lui rendre visite. Ainsi commence l’histoire d’un voyage, l'histoire d’une bataille absurde contre une forteresse impénétrable.

Une femme douce est pour Sergei Loznitsa une métaphore d’un pays où les gens "se font perpétuellement violer", y compris par eux-mêmes. Le metteur en scène développe : "Ce pays est empreint de toutes formes de violences. D’un côté vous avez une totale hypocrisie, un énorme mensonge, une parfaite omerta... et de l’autre des choses absolument horribles qui continuent de se passer chaque jour. Pour moi, tout ça reste une énigme très inquiétante.

Sergei Loznitsa développe cette histoire depuis longtemps en ayant commencé à réfléchir au destin d’une femme dont le mari est en prison et à qui elle envoie un colis qui finit par lui revenir. Le cinéaste confie : "Le développement de cette histoire se compte en années, et ce qui est resté de l’idée initiale, c’est le stoïcisme et l’impassibilité du visage de l’héroïne, qui ne sourit pas une seule fois dans le film".

Découvrez la bande-annonce de ce film choc !!

Emmanuel GOUIX.

Posté par MCV98 à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]